Accueil >Exercices> Faire réaliser un organigramme

Mise en œuvre des exercices

Etape 1

– expliquer ce qu’est un organigramme, au moyen d’un schéma fléché élémentaire au tableau 

– expliquer la finalité de l’exercice : exercice de raisonnement, pas directement corrélé à la composition ou à l’étude de document, mais développant des compétences qui les faciliteront (sens des textes, clarification de la pensée); outil servant individuellement ou hors cadre scolaire (entreprise…)

– faire réaliser les organigrammes 1 à 3 (1 heure); les élèves peuvent proposer d’autres organisations (du haut vers le bas, de droite à gauche), d’autres niveaux de simplification (plus développés ou plus simples), voire d’autres relations, surtout ils peuvent préférer des cases rondes ou ovales, plus rapides à réaliser que des rectangles (ici contrainte de Libre Office !); toutes les réponses justifiées sont acceptées

– l’organigramme 4 est donné à réaliser pour la séance suivante

nota:

– de multiples élèves ont du mal à poser clairement la différence entre “cause” et “conséquence”, cela devrait se résorber avec les exercices

– cette phase permet soit de faire apparaître des élèves pensant sous forme de schéma heuristique (en soleil), où les éléments se juxtaposent sans se relier ; c’est déjà bien, mais ici on va plus loin

– cette phase permet à des élèves en difficulté en classe faute de maîtrise de l’écrit de réaliser rapidement des organigrammes performants ; cela prouve qu’ils ont une capacité de synthèse, mais pas les bons outils à l’école pour l’exprimer

– pour les élèves présentant le plus de difficulté, ou pour ceux qui réussiraient très vite (il y en a !), la réalisation d’organigrammes supplémentaires peut être utile; il n’y en a pas ici pour l’instant

Etape 2

– correction de l’organigramme 4

– on constate un progrès: un discours très complexe peut devenir plus directement accessible; les élèves ont (+/-) acquis une compétence qu’ils n’avaient pas auparavant

on constate cependant aussi une impasse: avec trop d’éléments, l’organigramme devient peu lisible

– donc travail de classement et hiérarchisation: dégager les thèmes (par des couleurs), ainsi que les éléments les plus importants (par l’épaisseur du cadre) dans les organigrammes déjà réalisés

– ouvertures:

/ un autre organigramme (du manuel, du cours), à réorganiser ou classer

/ un organigramme présentant un problème, sur lequel on va ajouter les cases apportant une réponse: l’organigramme présente la vision de systèmes fixes, mais on peut les modifier

exemple: l’analyse marxiste de l’avenir de l’économie

on peut y faire placer la croissance économique, ou bien les politiques keynésiennes corrigeant la spirale de crise.

ORGANIGRAMMES

Pour réaliser un organigramme :

  • sélectionner les informations, en les plaçant les une sous les autres et en évitant de donner deux fois la même
  • relier ces informations par des flèches qui signifient « donc »
  • au vu de ces relations, construire un organigramme qui paraisse le plus fluide et logique possible, en évitant que des flèches se coupent

Difficultés présentes dans ces exercices :

a : sélectionner correctement les informations

b : éviter de citer deux fois la même information

c : donner les informations dans un ordre lisible, sans que les flèches ne se coupent

d : revenir vers le début de l’organigramme

1 (a, b)

La hausse du niveau de vie dans les pays riches, et maintenant dans les pays en développement, y a entraîné une modification des habitudes alimentaires : les consommateurs veulent plus de viande, de produits laitiers ainsi que de fruits exotiques. Ainsi, ces pays ont désormais besoin de plus de céréales, pour nourrir le bétail, mais aussi de plus de produits exotiques, qu’ils ne peuvent faire pousser sur leur sol. Ceci déclenche donc des flux d’importation de fruits et légumes, mais aussi de céréales (notamment de soja), à côté d’une augmentation de la production céréalière locale.

2 (a, b, c)

La hausse de la production alimentaire est la résultante de l’interaction de facteurs très nombreux. D’une part, le défrichement de terres nouvelles ainsi que l’irrigation, qui rend exploitable des terres ingrates, occasionnent un accroissement de la surface agricole utile. D’autre part, l’emploi de produits chimiques (engrais, pesticides) ou la découverte de nouvelles variétés de plants, ainsi que l’usage étendu de l’irrigation, favorisent de meilleurs rendements par hectare (100mx100m). Ainsi la quantité d’aliments produits augmente continuement.

3 (a, b, d)

Les guerres civiles, qui touchent plusieurs pays d’Afrique sub-saharienne, y désorganisent de façon dramatique l’agriculture et tous les circuits de distribution alimentaires. La malnutrition peut alors y devenir famine assez rapidement. Mais elles permettent aussi à des chefs de guerre de s’approprier les maigres ressources locales, afin de s’enrichir par leur revente, ce qui affame encore plus les populations. Devant de tels désastres humanitaires, souvent des ONG déclenchent des campagnes d’aide internationale, mais leurs livraisons se font sous le contrôle des chefs de guerre, et la faim perdure…

3 bis.  (a, b, c)

Qu’est-ce que la Révolution Verte ? A l’origine, on trouve trois progrès : le développement de l’irrigation, l’utilisation d’engrais chimiques et le recours aux pesticides. Cela eut pour conséquence d’augmenter fortement la production agricole du pays.

Ainsi, l’autosuffisance alimentaire du pays put être atteinte, et logiquement la population s’est accrue. Mais pour expliquer cette croissance démographique il faut ajouter que dans le même temps cette augmentation de la production agricole a fourni du travail à plus de monde, et a permis à ces agriculteurs de mieux vivre (santé, alimentation). Les conséquences de l’autosuffisance alimentaire s’en trouvèrent amplifiées.

3 ter

Le constat est partagé par tous : le désert s’étend au sud. Les troupeaux des éleveurs peuls sont les premiers touchés, car l’herbe manque de plus en plus. Il leur a donc fallu eux aussi descendre vers les terres plus arrosées et plus riches du sud, où maintenant bœufs et chèvres dévorent la végétation, et ce faisant… font progresser le désert !

4

La question des OGM (organismes génétiquement modifiés) est une question complexe. Face aux difficultés qu’il y a à produire sur des sols pauvres, arides ou ravagés par des insectes, les agriculteurs ont développé toute une série de techniques (irrigation, engrais, insecticides) dont les inconvénients sont apparus au fil du temps. D’une part ces techniques fragilisaient l’environnement, en le polluant ou en portant atteinte à la biodiversité. Mais d’autre part ils posaient problème aux agriculteurs (surtout dans les pays pauvres) eux-même : ils étaient complexes (pour des paysans souvent peu formés), dangereux pour la santé, et plongeaient les agriculteurs dans la dépendance de fournisseurs étrangers.

Il fallait donc  une solution alternative !

Des entreprises ont proposé les OGM : des plants capables de par leur structure génétique de s’adapter seuls au manque d’eau ou de résister aux parasites.

Hélas, ces plants OGM sont très contestés. Par leur puissance, ils chassent les autres variétés d’une même plante, et portent fortement atteinte à la biodiversité. Et par leur complexité technique, ils ne peuvent être développés que par de grands groupes industriels occidentaux, ce qui renvoie à la question de la dépendance des agriculteurs des pays pauvres.

5 (a, b, c)

Les marchés agricoles sont marqués par une forte inégalité entre pays producteurs et pays dépendants, autour de la formation des prix des denrées agricoles. Dans un contexte de forte hausse de la population mondiale, d’amélioration des consommations (notamment vers plus de viande, or la viande, c’est de la céréale sur pattes…) et de nouveaux usages des produits agricoles, notamment les biocarburants aux EU et au Brésil, la demande mondiale de produits agricole ne cesse d’augmenter depuis des années. Il faut donc faire appel à tous les espaces disponibles pour produire.

Hélas, la production agricole croît, mais à peine suffisamment, et, pire encore, elle demeure très irrégulière : régulièrement une zone de forte production connaît une vague de sécheresse (Russie, Canada…) qui fait chuter les volumes agricoles qu’elle devait apporter au marché. On observe donc une tendance longue d’augmentation des prix de vente des denrées agricoles, ainsi que de forte volatilité des cours. D’ailleurs, la spéculation accroît cette dernière évolution du marché, puisque la libéralisation des échanges agricoles (par suppression des barrages douaniers notamment) s’est généralisée à l’échelle mondiale.

C’est ainsi que les pays producteurs voient leurs revenus progresser globalement (même les accidents dans la spéculation leur rapportent plus qu’ils ne leur coûtent..) tandis que les pays devant importer leur alimentation, pour beaucoup des pays pauvres, sont toujours plus dépendants de prix sur lesquels ils n’ont aucun pouvoir.

Mais c’est parce que l’agriculture redevient une filière rentable que la production mondiale augmentera, et qu’à terme les prix se stabiliseront !

2 commentaires sur « Faire réaliser un organigramme »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s